Bien-être : 5 massages détox pour un hiver en pleine forme

TOP POUR LE TONUS TOP POUR LA LIGNE
Par Gala

Parce que durant les mois d’hi­ver, on a une alimen­ta­tion souvent trop riche, un mode de vie trop séden­tai­re… il est impor­tant de s’of­frir une pause bien-être pour remettre les comp­teurs à zéro et chan­ger son alimen­ta­tion pour une petite détox. Et quoi de plus agréable qu’un à deux massages par mois pour souf­fler un peu et se débar­ras­ser des toxines qui polluent l’or­ga­nisme ? A la clé ? Du peps, de la légè­reté et une bonne mine retrou­vée.

Comment ça marche ? Dès les premiers frimas, le corps et le cerveau réclament des aliments « cocoon ». Réflexes : on se jette sur le sucre, le gras, les plats indus­triels… bref, tout ce qui tend à encras­ser le système diges­tif et donc l’en­semble du corps. Par ailleurs, avec des jour­nées plus courtes et plus froides, diffi­cile de se moti­ver pour pratiquer une acti­vité spor­tive de plein air. Dommage ! Car faire travailler son cardio en exté­rieur (running, vélo, marche nordique…) permet d’ac­ti­ver la circu­la­tion sanguine et ainsi d’oxy­gé­ner l’or­ga­nisme. Consé­quence de ce « lais­ser-aller » : la lymphe – dont le rôle est de char­rier tous les petits déchets –, moins stimu­lée et surtout débor­dée, fait son job au ralenti. On se sent alors fati­gué, stressé, le sommeil peut être perturbé, les tensions muscu­laires et arti­cu­laires sont fréquentes, les kilos en trop deviennent pesants, la diges­tion est mauvaise, le teint fait grise mine… Les massages détox, en agis­sant sur des points précis (les ganglions notam­ment), vont remettre les systèmes lympha­tique et circu­la­toire au travail et ainsi reboos­ter l’or­ga­nisme. Mode d’em­ploi.

1. Massages détox : allé­ger chevilles et jambes

Où ? Chez Nuxe, au 32–34 Montor­gueil à Paris. Une adresse désor­mais mythique, instal­lée dans d’an­ciens chais et inau­gu­rée par Aliza Jabès, la fonda­trice et direc­trice de la marque, en 2002. 850 m2, 13 cabines de soins et un bassin senso­riel creusé dans la roche pour un moment de pur bonheur. Comment ça se passe ? Après une séance de sauna, vous vous aban­don­nez aux mains expertes d’une prati­cienne qui va cibler les points clés du corps pour élimi­ner les toxines. Au programme : des lissages et des pétris­sages de la tête aux pieds – dos compris. Le ventre est modelé selon les besoins avec L’Huile Prodi­gieuse ou L’Huile Minceur, puis réchauffé avec une bouillotte. Les jambes font l’objet d’une atten­tion parti­cu­lière avec un travail sur les méri­diens. L’objec­tif : décon­ges­tion­ner les chevilles et les genoux. Etat de sortie ? Les tensions se sont envo­lées, la peau est douce et les jambes en apesan­teur. En pratique :Massage Détox Nuxe, 45 mn, 180 €. 32, rue Montor­gueil 75001 Paris.
Tél. : 01 42 36 65 65. Rens. sur spanuxe-montor­gueil@­nuxe.com.

2. Massage détox : se récon­ci­lier avec son ventre

Où ? Au spa Cinq Mondes, au cœur d’une petite place piéton­nière pari­sienne, dans un espace de 500m2 entiè­re­ment dédié aux soins et à la détente. Un véri­table havre de paix, à deux pas de l’Opéra et des grands maga­sins où il fait bon se ressour­cer.Comment ça se passe ? Le soin détox Udarabhyanga a été mis au point par Natha­lie Bouchon-Poiroux, la créa­trice des proto­coles et co-fonda­trice de la marque. S’ins­pi­rant de la méde­cine tradi­tion­nelle indienne (l’ayur­veda), le travail de puri­fi­ca­tion est centré sur le ventre. L’idée étant, par une série de respi­ra­tions logiques, de manœuvres lissantes, chauf­fantes et drai­nantes, d’en­ve­lop­pe­ment… de détendre toute la zone abdo­mi­nale. Résul­tats : le système nerveux est rééqui­li­bré, les tissus cuta­nés oxygé­nés et les échanges sanguins et lympha­tiques sont relan­cés. Etat de sortie ? Corps et esprit sont apai­sés, le ventre est plus souple, plus plat. En pratique : Soin-Massage Détox Udarabhyanga Cinq Mondes, 50 mn, 100 €. 6, Square Louis Jouvet 75009 Paris. Tél : 01 42 66 00 60. Rens. sur cinq­mondes.com.

Retrouvez la suite de cet article sur Gala

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés